Cabinet de psychologie du 15 rue du Four
Psychologue clinicienne et psychothérapeute à Saint-Maur-des-Fossés 06 62 03 29 52

Les thérapies pour enfants à Saint-Maur-des-Fossés

Les thérapies pour les enfants

Les enfants manifestent leur souffrance par leur comportement ou par des troubles somatiques (douleurs).
Contrairement aux adultes, leurs moyens d'expression privilégiés sont le jeu et le dessin. 
Spécialisée dans l'accompagnement et la thérapie des enfants, je leur ouvre un espace d'expression tout particulièrement adapté à leurs besoins. Je travaille en collaboration avec les parents.

Troubles de l'humeur chez l'enfant

Un trouble de l’humeur est diagnostiqué lorsque la tristesse ou l’exaltation est excessivement intense, s’accompagne de certains autres symptômes typiques et altère la capacité à fonctionner physiquement, socialement et au travail.

La dépression inclut un sentiment de tristesse (ou, chez l’enfant et l’adolescent, d’irritabilité) et/ou une perte d’intérêt pour les activités.

Les enfants ressentent souvent des sentiments de profonde tristesse ou d’irritabilité, de dévalorisation et de culpabilité. Ils perdent de l’intérêt pour les activités qui habituellement leur procurent du plaisir, tels que le sport, la télévision, les jeux vidéo ou les jeux entre amis. Ils peuvent professer un ennui profond. Beaucoup de ces enfants se plaignent également de problèmes physiques, comme des maux d’estomac ou des céphalées.
L’appétit peut augmenter ou diminuer, entraînant souvent des variations de poids significatives. Les enfants en pleine croissance peuvent ne pas prendre autant de poids que prévu.
Le sommeil est en général perturbé. Les enfants peuvent souffrir d’insomnie, dormir excessivement ou être perturbés par des cauchemars fréquents.

Les enfants déprimés manquent souvent d’énergie ou sont physiquement inactifs. Cependant, surtout chez les plus jeunes, la dépression est parfois masquée par des symptômes apparemment contradictoires tels que l’hyperactivité et un comportement agressif. Ces enfants peuvent sembler plus irritables que tristes.

Les symptômes perturbent les capacités de pensée et de concentration ; il en résulte une baisse fréquente des résultats scolaires. Ils peuvent perdre leurs amis. Les enfants peuvent avoir des pensées et fantasmes suicidaires, voire faire des tentatives de suicide.

Dans la dépression majeure, ces symptômes durent au moins deux semaines et interfèrent avec le fonctionnement normal de la personne ou entraînent une détresse considérable. Les symptômes peuvent survenir à la suite d’une perte récente ou d’autres événements tristes, mais ils sont disproportionnés par rapport à l’événement et persistent au-delà d’une période raisonnable. Même sans traitement, les enfants atteints de trouble dépressif majeur peuvent aller mieux en 6 à 12 mois. Néanmoins, le trouble récidive souvent, particulièrement si le premier épisode était sévère ou est survenu lorsque l’enfant était jeune.
Chez les adolescents atteints de dépression, une association entre la psychothérapie et les antidépresseurs est normalement ce qu’il y a de plus efficace, mais pour les plus jeunes enfants, on essaie d’abord la psychothérapie seule.

Autre trouble important de l'humeur qui impacte le comportement et perturbe gravement la vie de l'enfant est le trouble disruptif avec dysrégulation de l’humeur. Il implique une irritabilité persistante et des épisodes fréquents de comportement incontrôlable. Ces enfants présentent des accès de colère fréquents et violents, et se montrent irritables et énervés entre ces accès de colère. Pendant leurs accès de colère, ils peuvent détruire la propriété d’autrui ou lui faire mal. Ce trouble débute généralement entre l’âge de 6 et 10 ans.

Autres troubles de l'enfant

Les troubles déficitaires de l’attention et hyperactivité (TDAH)

Les troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité touchent plus particulièrement les enfants avant 12 ans. Ils se caractérisent par la présence de 3 types de symptômes qui apparaissent isolés ou combinés, selon une intensité variable

Il s’agit de troubles qui affectent les capacités psychiques et les comportements moteurs :

  • Difficultés à maintenir son attention, à se concentrer et à terminer une tâche,
  • Difficultés à attendre, agitation presque permanente et incontrôlable,
  • Difficultés à rester immobile, à gérer son impulsivité. Tendance à interrompre les activités des autres.

Chaque enfant est amené à vivre un de ces comportements pour différentes raisons passagère : le manque de sommeil, l’excitation d’une activité, une situation familiale anxiogène... On ne parle de troubles que lorsque qu’ils s’installent dans la durée (plus de 6 mois).

Ce type de troubles perturbent gravement la vie familiale et la vie sociale. Ils ont aussi de sérieuses conséquences sur les apprentissages scolaires. 

Les causes des TDAH ne sont pas encore connues. Les recherches actuelles relèvent la présence de facteurs récurrents : une composante héréditaire, une souffrance néo-natale ou une carence en fer.

Il existe des traitements médicamenteux qui ont pour rôle de stimuler le système nerveux centrale. Ces psychostimulants ne peuvent être prescrits que par un psychiatre, un pédopsychiatre, un neurologue ou un neuropsychiatre.

En tant que psychologue, j’interviens pour aider à l’établissement du diagnostique grâce à quelques séances d’observation. Lorsque le diagnostique est établi, je peux aider la famille dans la mise en place d’une hygiène de vie indispensable à l’atténuation de ces troubles. Et je propose des thérapies dont l’objectif est d’aider l’enfant à compenser ce déficit sur le plan psychosociale et relationnel.

Les troubles anxieux de l'enfant

Les neurosciences nous ont permis de voir que les troubles anxieux impliquent un dysfonctionnement des parties du cerveau qui régulent les émotions et la réponse à la peur. 
Les études montrent aussi que l'anxiété des parents génère de l'anxiété chez leurs enfants. La peur et l'anxiété sont contagieuses.

La "phobie scolaire", ou refus scolaire, est l'un des troubles anxieux les plus répandus. Elle est souvent associée à des angoisses de séparation ou une anxiété sociale.
L'anxiété chez l'enfant va souvent prendre la forme de troubles somatiques réels (maux de ventre, maux de tête ou nausées).

Le trouble de stress aigu et le trouble de stress post-traumatique 

Suite à un évènement brutal, inattendu et souvent incompréhensible, l'enfant comme l'adulte peut développer des troubles dits de stress post-traumatique. 
Chez les jeunes enfants, la cause la plus fréquente de troubles de stress post-traumatiques est la violence domestique. L'enfant étant particulièrement sensible, il peut développer ce type de troubles sans être la victime directe de la violence. Le seul fait d'être témoin d'un évènement peut entraîner des symptômes.

On peut soupçonner un trouble de stress post-traumatique lorsqu'un enfant donne l'impression d'être déconnecté de son environnement, s'il fait des cauchemars et/ou s'il présente un changement de comportement inhabituel (agressivité ou repli).
D'autres symptômes sont significatifs: une surexcitation, des réactions de sursaut, une difficulté à se détendre et/ou à se de concentrer, des perturbations du sommeil,  des réactions de détresse ou de panique devant certaines situations. 

Enurésie, encoprésie.

L'énurésie chez l'enfant, le "pipi au lit", affecte environ 6 à 10% des enfants de 7 ans. Elle disparaît généralement naturellement en grandissant.
Toutefois, si elle persiste après 5 ans de  façon fréquente, ou si elle s'accompagne d'autres symptômes (troubles du comportement, du langage ou du sommeil), il peut être utile de consulter.

L'énurésie peut être liée à des troubles organiques ou affectifs.
Un accompagnement psychologique de l'enfant permettra de traiter les aspects affectifs et émotionnels. Il peut s'agir d'un retard affectif, d'une peur de grandir, d'un stress important.  

 

L'Encoprésie correspond à un écoulement incontrôlé des matières fécales.  L'enfant ne sent pas que son rectum est plein. L'évacuation de ses selles se fait alors involontairement, par débordement. L'enfant souille ses vêtements, sans s'en pouvoir s'en empêcher, parfois de façon abondante. 
On parle d'encoprésie si le phénomène dure plus de 6 mois et survient de façon régulière.

Le plus souvent, l'encoprésie est le résultat d'une accumulation des selles car l'enfant se retient involontairement. Ce blocage est totalement inconscient et peut être associé à des troubles du comportement et de l'agressivité envers la mère.

Comme l'énurésie, l'encoprésie est souvent liée à un stress affectif ou une peur de grandir. Dans les deux cas, la culpabilisation aggrave les choses.

Selon le Docteur J-M Thurin :

« Les conflits interpersonnels et internes, le sentiment d’échec et la dégradation de l’image de soi, la colère et les comportements inadaptés qui résultent des troubles, le stress demandent une approche compréhensive et expressive qui peut réguler les effets de représentations erronées et de malentendus entre l’enfant et son entourage.

C’est ce que réalise le travail psychothérapique proprement dit, qui se déroule au cours de consultations thérapeutiques régulières. Comme le décrit très bien Ph Mazet, l’enfant exprime au cours de ces consultations ce qu’il ressent et vit au niveau de ses interactions actuelles à la maison, avec ses parents, frères et soeurs, à l’école avec ses pairs et les enseignants, aborde ses difficultés relationnelles et d’apprentissage, son éventuelle souffrance et verbalise ses peurs, ses sentiments d’échec, d’infériorité et de culpabilité, en somme tout ce qui constitue notamment sa vie psychique interne. »

(www.tdah-france.fr/Evaluation-des-psychotherapies-Dr.html)

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.